Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rescapé du camp 14

Publié le par Philippe

Shin est né dans un camp de travail nord-coréen. Ses deux parents étaient des « prisonniers méritants » aussi ont-ils eu le droit de se marier - sans toutefois se choisir - et de pouvoir passer cinq nuits ensemble par an. Un luxe dans un univers où toute relation est punie de mort… De cette union est né Shin, mais dans ce monde absurde et violent, sa mauvaise génétique fait de Shin lui-même un prisonnier. A vie. Enfin pas très longtemps… Heureusement, Shin parviendra par miracle à s’évader et à rejoindre la Chine, puis la Corée du Sud et l’Amérique. Mais comment vivre lorsqu’on a grandi dans un milieu sans amour, sans confiance, sans droits ?

Ce témoignage recueilli par Blaine Harden est terrifiant de brutalité et effarant d’absurdité. Avec une grande intelligence, le journaliste l’élargit à la Corée du Nord entière et montre que les travers du camp ne sont que l’expression extrême des travers que cette dictature impose à son peuple : famine, violence, délation, arbitraire… On sait les difficultés de la réunification allemande, qu’en sera-t-il des Corées ? Combien d’années faudra-t-il à ce peuple pour revivre lorsqu’enfin la grande satrapie Kimjongienne s’écroulera ?

rescape-camp-14.jpg
Blaine Harden - Rescapé du camp 14 - 10/18 - 7,50€
Traduit de l'anglais (US) par Dominique Letellier

L'ajouter à votre panier ? Cliquer ici ou sur la couverture !

Publié dans Essais

Partager cet article
Repost0

Les séparées

Publié le par Emmanuelle

Auteur du remarquable roman La Mer Noire (2010, Sabine Wespieser éditeur), Kéthévane Davrichewy livre dans Les Séparées une magnifique histoire d’amitié. Une tendre et douloureuse, troublante et si juste histoire de sentiments. Celle d’Alice et Cécile, les meilleures amies du monde en 1981. Elles avaient seize ans et des rêves plein la tête ! Désormais, elles ont trente ans de plus, elles se sont perdues de vue, voire même un peu brouillées. Aujourd’hui, Alice vit mal une rupture conjugale inattendue et Cécile est dans le coma suite à un accident. Ici, chacune à sa façon, avec ses forces et ses faiblesses, se raconte ou raconte l’autre au passé comme au présent. Dans l’entrelacement de leurs deux récits, il apparaît que ce sont leurs différences comme leurs passions communes qui les lient. En toile de fonds, le monde politique et social évolue. Inexorablement se multiplient les non-dits, les renoncements, les petits et grands mensonges.
Ce n’est pas nouveau, en amitié, déclinaison particulière de l’amour, comme les sentiments sont complexes ! Pourtant, ce qui est remarquable ici c’est le talent littéraire de Kéthévane Davrichéwy pour rendre si sensible l’histoire de cette amitié, aussi forte que fragile.

les-separees.jpg
Kéthévane Davrichewy - Les séparées - Sabine Wespieser - 18€

L'ajouter à votre panier ? Cliquez ici ou sur la couverture !

Partager cet article
Repost0

Meurtres au manoir

Publié le par Emmanuelle

Qu’on se le dise : un nouveau roman de Willa Marsh a paru ! Après le jubilatoire Meurtres entre sœurs (Autrement, 2009) et l’irrésistible Journal d’Amy Wingate (Autrement, 2010), voici une histoire de famille plutôt énigmatique.
Ici, tout commence (comme finit un conte de fées) par un mariage. Celui de Clarissa (un peu sotte et très sentimentale) et Thomas (jeune, veuf et héritier d’un délicieux manoir Tudor). Idéal ? Pas complètement car le jeune marié vit sous le même toit que ses deux vieilles tantes, Olwen et Gwyneth. Deux mémères qui excellent dans l’art de servir du thé et des pâtisseries comme dans l’art de manigancer les plus diaboliques projets…
A nouveau, Willa Marsh nous tient en haleine et nous régale car c’est grinçant, glaçant et très, très savoureux!

meurtres-au-manoir-copie-1.jpg
Willa Marsh - Meurtres au manoir - Le Livre de Poche - 6,70 €
Traduit de l'anglais (GB) par
Eric Mccomber (éditions Autrement)

L'ajouter au panier ? Cliquer ici ou sur la couverture !

Partager cet article
Repost0

Journal d'un corps

Publié le par Emmanuelle

Le corps. Voici un sujet original et inattendu dont s’empare malicieusement Daniel Pennac. De 13 à 87 ans, un homme tient sans état d’âme le journal de sa ‘carcasse’. De l’adolescent qui veut devenir consistant au vieillard agonisant, on savoure ses mutations les cinq sens en éveil , évidemment !
Qu’il défèque, urine, éternue ou se gratte, ce narrateur anonyme (né en 1924) se refuse à tenir un journal intime. Qu’il saigne, crie (à la place du blessé !), pète, frissonne ou déglutisse, caresse ou jouisse, son corps a cela d’universel qu’il est source de plaisirs comme de désagréments. Son journal, impudique, sans tabou, se lit aussi avec bonheur comme un recueil d’aphorismes.
Jusqu’à sa mort en 2010, il manie toujours la plume avec humour, car
‘quand on a tenu toute sa vie durant le journal de son corps, une agonie ça ne se refuse pas!’.Aussi, si vous avez raté une étape, si vous cherchez un conseil ou un sourire, reportez-vous à l’incontournable index de ce pseudo et si singulier dictionnaire médical.
Touchant et drôle, ce
Journal d’un corps l’est assurément. Une version au féminin serait appréciée (notamment par le diariste lui-même), qui tente l’aventure ?

journal-d-un-corps.jpg
Daniel Pennac - Journal d'un corps - Gallimard - 22€

 
L'ajouter à votre panier ? Cliquer ici ou sur la couverture !

Partager cet article
Repost0

Bon rétablissement

Publié le par Emmanuelle

Une bonne nouvelle (encore !) : la parution d’un nouveau roman de Marie-Sabine Roger. Si vous avez raté La tête en friche et Vivement l’avenir (tous deux aux éditions du Rouergue), ne manquez absolument pas son savoureux et non moins roboratif Bon rétablissement. C’est un roman ‘médicament’ comme on en fait peu. C’est un roman indispensable signé par une talentueuse auteur qui sait inventer des histoires touchantes et percutantes, sait faire vibrer des personnages attachants plus vrais que nature et (ce qui ne gâche rien) a l’art de trouver les mots justes et le génie de la formule qui fait mouche à chaque fois ! Autant dire que même si ici il est question d’un homme veuf, sans enfants, un tantinet bougon et de surcroît hospitalisé (pour cause de multiples fractures), on ne boude pas son plaisir de passer quelques jours en sa compagnie afin de suivre avec attention et délectation sa convalescence, ses rencontres et ses états d’âme.
Un livre à s’offrir et à offrir comme une cure de vitamines à la sortie de l’hiver !

bon-retablissement.jpg
Marie-Sabine Roger - Bon rétablissement - Rouergue - 18,50€

L'ajouter à votre panier ? Cliquer ici ou sur la couverture !

Partager cet article
Repost0

A défaut d'Amérique

Publié le par Emmanuelle

A défaut d’Amérique : voici un beau titre pour un très beau roman. A défaut de vous en résumer (maladroitement) l’histoire (captivante), voici deux bonnes raisons de lire ce roman.
Primo : Carole Zalberg est une excellente conteuse. Elle sait rendre captivantes deux ou trois petites histoires de famille qui s’inscrivent dans la grande, celle avec la fameuse majuscule. Sur trois générations d’hommes et de femmes (de femmes surtout), mettons le cap sur l’Europe du XXe secouée par deux (ou trois) grandes guerres, faisons un détour par les Etats-Unis, et pourquoi pas en Afrique, du Sud plus exactement.

Secundo : Carole Zalberg est une auteur qui se soucie des mots, de rythme, de tempo, en un mot de style ! Sa maîtrise concourt à renforcer la lumière comme l’ombre de son récit. Et pourtant ne vous y méprenez pas, ses personnages, du passé ou de notre époque, sont de bons vivants (orgueilleux, volontaires, charmants, charmeurs, querelleurs). Humains !
Conclusion : ni bâclé, ni pesant, voici un roman d’une justesse rare à découvrir d’urgence !

A-defaut-d-AMerique.jpg
Carole Zalberg - A défaut d'Amérique - Actes Sud
- 18,50 €
Partager cet article
Repost0

Vivants

Publié le par Tiffany

Quand on est ni vivant ni mort avec un seul but dans la vie (et non des moindres !) dévorer des humains, on peut difficilement parler de relations sociales.

R ne se souvient pas de son prénom complet. Vous me direz quand on est un zombie on ne se souvient pas de grand-chose. C’est donc reclus dans un aéroport désaffecté, entouré de ses potes zombies, qu’il trompe le temps en collectionnant des objets qui sont susceptibles d’éveiller chez lui la moindre émotion. Lors d’une partie de chasse, il va croiser la route de Julie et de son petit ami Perry, dont il va manger le cerveau (mais sans faire exprès !) et par la même occasion engloutir le passé, les sentiments et les pensées de celui-ci.

C’est là que ça se complique.

En voulant protéger Julie d’une mort atroce et sanglante, il va peu à peu se rapprocher d’elle, et se sentir plus… humain.

R va vite se rendre compte que c’est particulier de vouloir être vivant quand on n’a pas de pouls. Mais après tout, la vie ce n’est qu’un détail.

Vivant---Isaac-Marion.jpg
Isaac Marion -Vivants - Bragelonne - 17 €

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Benoît Domis

Partager cet article
Repost0

La liste de la haine

Publié le par Isabelle©Page des Libraires n°151 Janvier-Février 2012

C'était une liste, juste une liste débutée à l'issue d'une mauvaise journée. Une mauvaise journée de plus. Personne ne devait mourir. Pourtant, six personnes sont mortes, d'autres ont été blessées plus ou moins grièvement parce-que, ce jour-là Nick a ouvert le feu, prenant pour cibles les personnes de la liste.

 

Le 2 mai 2008, Valérie Leftman 16 ans, arrive au lycée avec son petit ami Nick Levil, lorsque ce dernier sort un pistolet et ouvre le feu sur des élèves dans la cafétéria du lycée. Valérie tente de s'interposer pour faire arrêter le carnage et sauver une élève que Nick met en joue. Elle prend une balle en pleine cuisse. Nick se donne la mort juste après. Grièvement blessée, elle passe la fin de l'année scolaire et l'été, à l'hôpital puis chez elle. Elle apprend très vite que tout est parti d'une liste qu'elle avait commencé à dresser dans un carnet, un jour où tout allait de travers, pour évacuer ses frustrations. Dans cette liste hétéroclite de gens et de choses qu'elle détestait, se trouvait pêle-mêle des noms de camarades de classe, l'algèbre, les problèmes de couple de ses parents, les devoirs...Cette liste, elle l'a partagée un jour avec Nick et peu à peu, ils l'ont complétée. Leur histoire d'amour a réellement débuté à ce moment-là. Nick et Valérie, les deux parias du lycée, victimes de moqueries et de brimades. À la rentrée de septembre, Valérie doit retourner au lycée et affronter le regard de ceux qui la tiennent non pas pour une victime mais pour une coupable. Hate list n'est pas à proprement parler un livre sur une fusillade dans un lycée mais bel et bien l'histoire de Valérie, ce qu'elle fait pour surmonter le drame et continuer à vivre malgré tout. Elle tente de rassembler les pièces du puzzle et de répondre à la montagne de questions qu'elle se pose. Pourquoi n'a-t-elle rien vu venir ? Comment cette liste, qui semblait anodine a-t-elle servi de point de départ à la folie de Nick ? Est-elle réellement coupable ? Complice ? Doit-elle admettre une part de culpabilité et demander pardon ? Peut-elle encore avoir sa place dans l'après fusillade ? Pourra-t-elle un jour oublier Nick ? Aidée par le psychiatre qui la suit, elle avance à tâtons, pense qu'elle n'aura jamais la force et est à deux doigts de renoncer à plusieurs reprises. Une aide inattendue viendra pourtant d'une de ses camarades de classe qui faisait partie de la liste de la haine. Cette main tendue qu'elle va tout d'abord refuser puis mettre du temps à accepter, l'aidera à répondre à bien des questions et se reconstruire. Hate List fait partie de ces romans noirs qui peuvent déranger ou mettre mal à l'aise mais dont la narration est si bien conçue qu'on le lit presque en apnée, de façon compulsive. Un de ces romans qui ne laissent pas indifférent et dont on se souvient.

Hate list

Jennifer Brown - Hate list - Albin Michel collection Wiz -15€

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Céline Alexandre

Publié dans Jeunesse

Partager cet article
Repost0

Le détective chauve

Publié le par Isabelle©Page des Libraires n°151 Janvier-Février 2012

Après « Je ne porte pas mon nom », voici la deuxième enquête de Dan Sommerdahl qui endosse l'habit de détective amateur avec beaucoup de naturel, de fraîcheur et de spontanéité.
Nous avions fait la connaissance de Dan Sommerdahl, alors qu'il était en congé maladie pour dépression. Son ami le commissaire Flemming Thorp l'avait alors associé à son enquête sur l'assassinat d'une femme de ménage. Nous retrouvons Dan, rebaptisé « le Détective chauve » par la presse, lorsque sa fille Laura l'appelle au secours : Ursula, une enseignante de son école d'art vient de faire une tentative de suicide. Victime d'un gigolo de vingt-cinq ans son cadet qui s'est enfui avec la rondelette somme d'argent qu'elle avait gagnée à l'Euro Millions, Ursula ne veut surtout pas porter plainte ni avoir à faire à la police de peur d'être ridicule. Dan n'hésite pas un seul instant et se lance dans l'enquête, d'autant qu'il découvre très vite que le jeune amant de la dame n'en est pas à son coup d'essai. De son côté, Flemming Thorp à fort à faire avec l'assassinat d'un jeune homme, membre d'une secte religieuse. Très vite apparaissent des connexions entre les deux enquêtes, obligeant les deux hommes à partager leurs informations et à coopérer, au grand dam de Thorp, qui n'apprécie que moyennement les méthodes souvent peu orthodoxes de son ami !
Anna Grue signe un nouveau polar efficace et plein d'humour.
baiser-de-judas.jpg
Anna Grue - Le baiser de Judas - Éditions Gaïa - 22€
Traduit du danois par Laurence W. Ø. Larsen

Publié dans Polar

Partager cet article
Repost0

La piste de l'ours

Publié le par Isabelle ©Page des Libraires n°150 décembre 2011

Le nouveau roman d'Hélène Montardre entraîne le lecteur dans les Pyrénées, sur les traces d'une adolescente qui n'est pas prête d'oublier la rencontre qu'elle va y faire.

 

Jeune fille solitaire, Lucie vit seule avec sa mère à Paris. La colo d'été dans les Pyrénées, ce n'est pas franchement son choix mais pas moyen d'y couper. Sa mère lui a assuré qu'il n'y aurait aucun de ses camarades de classe. Au terme d'un voyage de nuit en train, elle débarque sur un quai de gare au petit matin. Et là, horreur ! Jérôme ! Le garçon qui a empoisonné son année scolaire avec ses sarcasmes et ses vantardises...la dernière personne au monde qu'elle souhaitait croiser au cours de cet été. Lucie est bien décidée à ne pas le laisser lui gâcher des vacances qui n'ont déjà rien de bien réjouissant à ses yeux. Au fil des jours, Lucie participe un peu en traînant les pieds aux activités de la colonie et dès qu'elle le peut, elle s'isole avec un bouquin, construisant une bulle protectrice autour d'elle. Mais elle ne peut toutefois pas se soustraire à la randonnée de deux jours en montagne prévue en fin de séjour. Alors qu'elle est restée à l'arrière avec Jérôme, les deux adolescents se perdent. Ils passent la nuit dans une grotte où ils ont trouvé refuge et au matin une rencontre pour le moins inattendue va bouleverser leur vie...l'ours, insaisissable, est là dans une clairière devant leurs yeux.

  premier matin

  Hélène Montardre - Le premier matin - Gründ Poche, 6,50€

Publié dans Jeunesse

Partager cet article
Repost0